« A la vie, à la mort », de Simone Rist

Fantaisie dramatique de Simone Rist

  • Musique : Beatriz Ferreyra
  • Video : Christophe Nadeau
  • Mise en scène : Simone Rist

Après les festivals Avignon Off et ARTdesSENS , « A la vie, à la mort » a été joué en Allemagne  en Janvier 2017, dans la traduction de Hedda Kage .

A Stuttgart, Tübingen et Esslingen.

 De l’observation en service de réanimation à l’écriture

Après un stage d’observation de 9 mois dans les services de réanimation médicale de deux hôpitaux parisiens, l’auteur  a ressenti le besoin de s’exprimer sur ce qu’elle voyait et entendait dans ces services où il est, à chaque instant, question de vie ou de mort.

Femmes de théâtre, elle a écrit une fantaisie dramatique : « A la vie, à la mort »

Le service de réanimation et le combat à la vie, à la mort

Le service de réanimation médicale, un monde fermé, peu ou pas connu de ceux qui n’ont pas eu, eux-mêmes ou un de leurs proches, à y séjourner.

Un service dans lequel la dimension humaine a le plus souvent cédé le pas aux soucis de performance technique. Dans le combat « à la vie, à la mort »on a oublié que le patient n’est pas seulement un corps à réanimer mais  « un être humain à part entière ».

« A la vie, à la mort » affirme cette vérité haut-et-fort, traitant le drame avec humour, mêlant jusqu’à les confondre le réel et la fiction, tout en provoquant l’émotion et le rire.

La révolte des patients et le jeu «à la vie, à la mort»

Deux patients sont à l’hôpital, dans le service de réanimation. Plongés dans un coma artificiel, intubés et branchés au respirateur, ils ne sentent rien, ne réagissent pas, ne parlent pas. Les infirmières et les médecins réanimateurs s’occupent d’eux avec un professionnalisme sans faille, mais seuls les corps les intéressent.

Les familles aussi sont présentes, et veulent «tout savoir ».

Ces deux patients sont incarnés par des poupées. Deux personnages, leurs doubles, prennent la parole à leur place. Ils parlent de leur cas, de leur souffrance, de leurs peurs et de leurs espoirs,  leurs souvenirs les taraudent,  leur subconscient les submerge.

Ils se mêlent aux conversations du personnel soignant, des médecins et de leur famille. Mais personne ne les voit, personne ne les entend, personne ne les écoute, personne ne leur parle.

Les patients alors se révoltent, entraînant tout le service au-delà de la réalité, dans un jeu insolite « à la vie, à la mort ».

Les Personnages :

Les patients et leur famille

  • Hache, un patient, noir, 70 ans,  et son double H,
  • Mme Hache, sa femme,  leurFils
  • Melle Effe, une patiente, 30 ans, et son double F
  • MmeEffe, sa mère, Jean, son compagnon,

Le personnel médical

  • Le Médecin Chef 
  • Le Praticien
  • L’Interne Jean
  • Infirmières I et II
  • L’externe
  • Le Kinésithérapeute
  • La femme de ménage

Fred le Manouche, l’accordéoniste
Le Médecin-Sorcier
La Mort

Un savant mélange de tragique et de comique, de fiction et de réalité soutient l’action dramatique et le jeu des personnages.

Poésie, chant, danse, mime, musique, vidéo se conjuguent aux silences, accompagnent les actions et les rêves, et colorent l’univers blanc de l’hôpital.

Le texte de « A la vie, à la mort » est disponible chez l’auteure. Nous contacter.

alavie1

alavie2

 

8 réponses à « A la vie, à la mort », de Simone Rist

  1. Armand Dreyfus, metteur en scène dit :

    …une écriture, une mise en scène, une manière émouvante et forte de dire l’humain et
    l’inhumain, …les acteurs, présents jusqu’à l’extrême dans cette course à la survie…

  2. Prof. Benoit Misset, médecin chef réanimateur, Hôpital Saint Joseph dit :

    …(La pièce) dérange sur les sujets « classiques » mais bien difficiles que sont la vie, l’amour, la mort. Elle montre l’humanité et la fragilité des professionnels que nous sommes…et pas toujours les côtés que nous voudrions révéler. … Je souhaite un grand succès à cette pièce, qui ne peut qu’intéresser un public qui tombera sou le charme de ses qualités artistiques et se passionnera pour le sujet aussi poignant que méconnu qu’elle aborde : la réanimation.

  3. infirmiers.com dit :

    Si vous repérez près de chez vous la programmation de cette pièce « A la vie, à la Mort »,
    n’hésitez pas à y assister !

  4. Amin Elsaleh, dramaturge dit :

    Le sujet est fascinant car la plupart d’entre nous ignore ce qui se passe dans un service de réanimation. Pour comprendre la situation Simone Rist s’attaque à deux cas de maladie pour lesquels l’espérance de vie est faible. Que le patient meurt où ne meurt pas il ne s’en sortira pas, ce qui impacte énormément le moral du personnel soignant qui font tout pour sauver le patient sans pouvoir le sauver. Ainsi la vie côtoie la mort, c’est le côté tragique de la pièce. Mais la fantaisie est là pour adoucir l’impact sur le public avec un dialogue aéré et bien maîtrisé par la talentueuse Simone. Les acteurs nous ont convaincu de leur jeu, la mise en scène quoique employant de faibles moyens était conduite par une professionnelle, toujours la même Simone qui croyait en sa pièce et qui nous a convaincu par la performance excellente des deux patients. Le personnel soignant nous a transmis sa souffrance cachée qui finit par s’attaquer à leur chef partagé entre son devoir et son face à face avec les parents et amis du patient qui n’arrivent pas à comprendre ce qui s’est passé et pourquoi malgré tous les soins prodigués par le personnel soignant, leur proche est à mi-chemin entre la vie et la mort.

  5. Ph. et Cl. F. dit :

    Nous avons aimé, nous avons été émus

  6. Patrick Dunand , Photographe dit :

    J’ai beaucoup apprécié la pièce, tonique et très bien interprétée, notamment par cette jeune femme qui joue la patiente qui est excellente.

  7. Jean Wils, Chargé des relations avec les usagers et les associations chez Hôpital Saint-Antoine dit :

    « A la Vie, à la Mort »! Simone Rist appelle cela une fantaisie dramatique, en tout cas nous sommes plusieurs à l’avoir lu et franchement c’est génial ! C’est un formidable regard sur la relation soignant-soigné…mais pas pesant sur un thème évidemment pas facile!
    C’est un superbe projet qui est grand public mais qui toucherait tous les personnels de santé.

  8. Jean Wils, Chargé des relations avec les usagers et les associations chez Hôpital Saint-Antoine dit :

    Dans le cadre des réunions du Groupe d’Ethique de l’HEGP , j’ai eu la chance de rencontrer une dramaturge, metteur en scène, Simone Rist, figure de la scène théatrale allemande qui revient s’installer en France. Celle-ci nous a présenté la pièce de théâtre qu’elle vient d’écrire à la suite d’une immersion de 9 mois dans la vie de deux services de réanimation. Cette fantaisie dramatique est un regard sur l’hôpital, le combat de la vie et de la mort qui y règne, mais aussi une interrogation sur le sens du soin et la relation soignant-soigné-proches.
    Enthousiasmé, j’ai proposé à Simone Rist de l’aider dans sa recherche de soutiens pour la création et l’exploitation de cette pièce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *