À la vie, à la mort

8 commentaires

Pièce de Simone Rist

Présentation

Plongés dans un coma artificiel, intubés et branchés au respirateur, ils ne sentent rien, ne réagissent pas, ne parlent pas. Le personnel médical s’occupe d’eux avec une technique de pointe et un professionnalisme sans faille.

Deux personnages, leurs doubles, prennent la parole à leur place.
Ils parlent de leur cas, de leur souffrance, de leurs peurs et de leurs espoirs, leurs souvenirs les taraudent, leur subconscient les submerge.
Ils se mêlent aux conversations de leur famille, du personnel soignant, des médecins.
Mais personne ne les voit, personne ne les entend, personne ne les écoute, personne ne leur parle.

Les patients alors se révoltent, entrainant tout le service au-delà de la réalité, dans un jeu insolite  » à la vie, à la mort « . Hallucination, rêve ou cauchemar ?

Un regard perçant, émouvant et plein d’humour sur la réanimation, ce monde fermé et peu connu, arène d’un combat  » à la vie, à la mort « .

Pour en voir un peu plus (vidéo de 5mn), cliquez ici …

Festival d’Avignon off 2014

flyer3

flyer1

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’AVIS DU FESTIVALIER
Monsieur Hac

alaviealamort

he exige qu’on le laisse mourir en paix. Mademoiselle Effe donnerait tout pour rester en vie. Mais quelle place reste-t-il pour leurs deux volontés ? Quelle importance, quand au-dessus d’eux se livre un autre combat, aux adversaires bien plus féroces : Le Docteur face à la Mort. La Médecine et la Science comme chevaliers servants de la Vie ; la Mort, seule en son camp, seule mais toute puissante. Le spectacle est excellent. Dynamisme d’une troupe jeune et engagée ; aisance et talent des comédiens au jeu toujours juste (bien qu’un peu inégal) ; poésie d’une mise en scène mêlant à ravir danse, musique, vidéo et chant à l’art théâtral : tout y est pour combler le festivalier.
Mais « A la vie, à la mort » est bien plus qu’une excellente pièce de théâtre. D’abord parce qu’elle raconte à merveille l’intérieur des hôpitaux et du service de Réanimation en particulier : la pression permanente, les dialogues futiles des soignants adoucissant leur quotidien difficile, le rapport soignant-patient, le besoin de compréhension des familles et le manque de temps des médecins… ces médecins qu’on prend trop souvent pour des machines à science, alors qu’ils doutent, pleurent et tremblent comme tous devant la mort. Ensuite parce qu’elle suppose un instant que les hommes et les femmes en coma artificiel restent tout à fait conscients. Nous imaginons donc le calvaire d’esprits enfermés dans leurs corps inertes, incapables d’exprimer leurs désirs, leurs angoisses et leurs blessures. Enfin, avec une dextérité sans faille et tout en finesse, la dramaturge pose sur scène des questions philosophiques et déontologiques des plus actuelles : doit-on sauver un patient contre sa propre volonté ? Dans quelle mesure le docteur est-il responsable de la mort de son patient ? Le combat vain contre la mort vaut-il la peine d’être mené ? « Un chef-d’œuvre d’humanisme et de sensibilité, à voir absolument ».
logo-aviArticle de Gaëtane LEFEVRE
AVI City Local News
le 11 juillet 2014
 
 

« A la vie, à la mort » au Festival ARTSdesSENS à Montpellier

art-des-sens-2014-1

Le CRHU de Montpellier a invité Champs Mêlés/Compagnie Simone Rist, à jouer trois représentations de « A la vie, à la mort », fantaisie dramatique de Simone Rist, à l’Espace Culturel « La Colombière » dans le cadre du festival ARTdesSENS

ARTdesSENS, festival organisé par le Languedoc-Roussillon, a pour objectif de rapprocher les publics et les artistes, touchés ou non par une situation de handicap. « Il s’agit de contribuer à dépasser les regards qui figent les différences en s’appuyant sur tout ce qui se réalise déjà grâce au concours du mouvement associatif et bénévole du Languedoc-Roussillon. » (Charte du festival)

ARTdesSENS 2014 présente une grande diversité de représentations artistiques : théâtre, exposition, danse, musique, cirque….

L’Espace culturel de La Colombière, au CHRU de Montpellier, met en œuvre une action culturelle au profit des patients et des personnels hospitaliers et médicaux. II est partenaire du festival ARtdesSENS.

La Compagnie Simone Rist a eu le plaisir d’apporter, avec « A la vie, à la mort », une contribution théâtrale sur l’hôpital et la réanimation. La pièce qui a remporté un grand succès, a touché non seulement le grand public mais aussi des patients de l’hôpital, des membres du personnel soignant et des médecins réanimateurs, ainsi que de nombreux jeunes de l’association « Refuge », organisation ayant pour objectif la lutte contre l’homophobie.

Merci au CHRU de Montpellier et au Professeur Pascal Colson, qui ont permis et soutenu notre participation au festival !

art-des-sens-2014-2

 

Extraits du livre d’or :

commentaire1 commentaire2

« A la vie à la mort » au Festival ARTdesSENS

Les 28, 29 et 30 Octobre 2014

Au CRHU de Montpellier

Salle La Colombière

39, avenue Charles Flahaut 34000 Montpellier

artdessens

 

Fantaisie dramatique de Simone Rist

  • Musique : Beatriz Ferreyra
  • Video : Christophe Nadeau
  • Mise en scène : Simone Rist

Après les festivals Avignon Off et ARTdesSENS , « A la vie, à la mort » a été joué en Allemagne  en Janvier 2017, dans la traduction de Hedda Kage .

A Stuttgart, Tübingen et Esslingen.

 De l’observation en service de réanimation à l’écriture

Après un stage d’observation de 9 mois dans les services de réanimation médicale de deux hôpitaux parisiens, l’auteur  a ressenti le besoin de s’exprimer sur ce qu’elle voyait et entendait dans ces services où il est, à chaque instant, question de vie ou de mort.

Femmes de théâtre, elle a écrit une fantaisie dramatique : « A la vie, à la mort »

Le service de réanimation et le combat à la vie, à la mort

Le service de réanimation médicale, un monde fermé, peu ou pas connu de ceux qui n’ont pas eu, eux-mêmes ou un de leurs proches, à y séjourner.

Un service dans lequel la dimension humaine a le plus souvent cédé le pas aux soucis de performance technique. Dans le combat « à la vie, à la mort »on a oublié que le patient n’est pas seulement un corps à réanimer mais  « un être humain à part entière ».

« A la vie, à la mort » affirme cette vérité haut-et-fort, traitant le drame avec humour, mêlant jusqu’à les confondre le réel et la fiction, tout en provoquant l’émotion et le rire.

La révolte des patients et le jeu «à la vie, à la mort»

Deux patients sont à l’hôpital, dans le service de réanimation. Plongés dans un coma artificiel, intubés et branchés au respirateur, ils ne sentent rien, ne réagissent pas, ne parlent pas. Les infirmières et les médecins réanimateurs s’occupent d’eux avec un professionnalisme sans faille, mais seuls les corps les intéressent.

Les familles aussi sont présentes, et veulent «tout savoir ».

Ces deux patients sont incarnés par des poupées. Deux personnages, leurs doubles, prennent la parole à leur place. Ils parlent de leur cas, de leur souffrance, de leurs peurs et de leurs espoirs,  leurs souvenirs les taraudent,  leur subconscient les submerge.

Ils se mêlent aux conversations du personnel soignant, des médecins et de leur famille. Mais personne ne les voit, personne ne les entend, personne ne les écoute, personne ne leur parle.

Les patients alors se révoltent, entraînant tout le service au-delà de la réalité, dans un jeu insolite « à la vie, à la mort ».

Les Personnages :

Les patients et leur famille

  • Hache, un patient, noir, 70 ans,  et son double H,
  • Mme Hache, sa femme,  leurFils
  • Melle Effe, une patiente, 30 ans, et son double F
  • MmeEffe, sa mère, Jean, son compagnon,

Le personnel médical

  • Le Médecin Chef 
  • Le Praticien
  • L’Interne Jean
  • Infirmières I et II
  • L’externe
  • Le Kinésithérapeute
  • La femme de ménage

Fred le Manouche, l’accordéoniste
Le Médecin-Sorcier
La Mort

Un savant mélange de tragique et de comique, de fiction et de réalité soutient l’action dramatique et le jeu des personnages.

Poésie, chant, danse, mime, musique, vidéo se conjuguent aux silences, accompagnent les actions et les rêves, et colorent l’univers blanc de l’hôpital.

Le texte de « A la vie, à la mort » est disponible chez l’auteure. Nous contacter.

alavie1

alavie2

Théâtre sur l’hôpital à l’hôpital

flyer1

flyer2

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “À la vie, à la mort”