Tchekhov et Tourgueniev, une rencontre dans l’au-delà

 Fantaisie dramatique de

Simone RIST

Bicentenaire de la naissance d’Ivan Tourgueniev

Sous le patronage de la Commission Nationale française pour L’Unesco

Associant théâtre parlé, chant et danse, cette pièce pluridisciplinaire présente la rencontre insolite entre Anton Tchekhov et Ivan Tourgueniev, deux grands auteurs russes disparus depuis plus d’un siècle.

Ils sont tous les deux russes, l’un est petit-fils d’un serf, l’autre est noble, l’un voyage souvent à l’étranger, l’autre non. Ils ne sont pas de la même génération et ne se connaissent pas, même si Tchekhov connaît la réputation de Tourgueniev. C’est dans l’au-delà qu’ils se rencontrent et vont enfin faire connaissance.

Ils rencontrent aussi la cantatrice Pauline Viardot, l’amie intime de Tourgueniev et ce personnage mythique de la pièce de Tchekhov, La Mouette, personnalisée par une danseuse.

La pièce évoque des souvenirs, des discussions, des disputes, de la curiosité, de la jalousie, de l’amitié, des moments de réflexion solitaire, du rire, de la mélancolie et … du silence.

Vont-ils se comparer, se mesurer, se quereller ou s’apprécier, se comprendre et se lier d’amitié ?

Ils ont si différents et pourtant si proches !

Cette pièce a eu un très grand succès . Le public a beaucoup aimé !  Nous voulons la rejouer et cherchons activement à jouer dans des festivals et organisons une tournée.


CRITIQUES

“Passée maîtresse dans l’art de la transposition, Simone Rist a enjambé allègrement le temps et l’espace à la Comédie Saint-Michel dans un nouveau spectacle : “Tchékhov et Tourguéniev : une rencontre dans l’au-delà”, avec une distribution éblouissante. Philippe Colin, naturel et enjoué, comme l’était Tourguéniev, Radoslav Majerik, fin et profond comme devait l’être Tchékhov, créateur d’une Mouette aérienne et mystérieuse (Inès Desmureaux), face à une Pauline Viardot (Christine Tocci) qu’il avait peut-être connue en chair et en os dans un autre monde, mais sans l’avoir entendue chanter “J’ai perdu mon Eurydice”, comme en 2019.

Du théâtre total : danse, chant, déclamation.

Avis au public !”

Alexandre ZVIGUILSKY, fondateur du Musée Tourguéniev de Bougival, médaille Pouchkine

La Gazette du Théâtre :

La rencontre d’Anton Tchekhov et de Ivan Tourgueniev dans l’au-delà a été imaginé par Simone Rist. Metteuse en scène confidentielle de la scène allemande, autrefois implantée à Stuttgart. Une française compagne de route de Pina bausch dont elle a nourrit son art, grâce à un dialogue continue avec la chorégraphe, avant de revenir travailler en  France où elle réside aujourd’hui.

Et si l’envers du décor de cette vie était un paysage d’automne où l’homme libéré de ses souffrances pourrait s’asseoir sur un banc et retrouver les êtres chers et ceux qu’ils n’a pu rencontrer sur terre ? Un monde semblable au nôtre mais sans pesanteur…

L’amour, l’amitié les arts coexistent ici portés par les couleurs d’une reproduction géante d’un tableau impressionniste russe d’Isaac Levitan, qui fut un grand ami d’Anton Tchékhov.

Un monde, où les enveloppes flottantes des âmes  gagnées par le souvenir de leurs joies et de leurs peines passées, animent la chair des comédiens.

Mais alors pourquoi cette rencontre entre Yvan Tourgueniev, riche propriétaire terrien qui passa la majeure partie de son temps au plaisir de la chasse et Anton Tchékhov le médecin,  l’homme de théâtre capable de s’émouvoir au tréfond pour la mort d’un oiseau ?

J.L Godard disait qu’on ne peut bien parler de communisme que dans une Rolls Royce.

A l’aube du communisme, Tourgueniev, issue de la noblesse russe, élevé par des serfs avec qui il écrivit ses premiers poèmes,  se rendit compte de l’injustice des hommes des classes supérieures envers cette main d’oeuvre asservie.  Une injustice qu’il dénoncera toute sa vie jusqu’à écoper d’un mois de prison et être assigné à résidence, mais continuant néanmoins  d’écrire ce qu’il pensait du servage. De même Tchékhov, lui, le petit fils de serf, devenu médecin, nouvelliste reconnu et homme de théâtre, ne se laissa pas endormir sous les lauriers de la gloire,  luttant jusqu’à la fin pour extirper la russie impériale de sa dureté envers les pauvres, les exclus et les bagnards, à qui il rendit visite à la fin de sa vie tandis que la tuberculose le rongeait. il  voyagea ainsi jusqu’en Sibérie, à Sakhaline, pour rendre compte de l’inhumanité du traitement fait à ces hommes.

Deux  grands esprits non dogmatiques se rencontrent enfin, évoquant leur fascination commune pour Tolstoï, qu’ils connurent tous deux . Tolstoï l’humaniste, qui prônait le travail manuel, la vie au contact de la nature, le rejet du matérialisme.  

Deux esprits à la pensée moderne, remarquablement joués par Philippe Colin et Radoslav Majerik. Mais n’oublions par leurs muses: la chanteuse Christine Tocci à la voix vibrante pour ressuscité pauline Viardot l’amie de coeur de tourgueniev  et la danseuse Ines Derumaux qui incarne à merveille l’oiseau blessé des amours malheureuses des personnages de Tchékhov.

Loin d’une mise en scène éthérée, nous entendrons le chant,  nous verrons la danse et nous écouterons le riche dialogue des souvenirs, des doutes, des convictions profondes nés d’un autre siècle. Un débat profond à l’aube de la révolution  prolétarienne, rempli d’humour et sans suffisance, de deux hommes dont les destins de fortune, qui diffèrent tant de part leurs conditions sociales, se rejoignent dans la célébration de la vie et la nécessité de lutter pour rendre cette vie meilleure pour tous.  

Mise en scène: Simone Rist

Avec: Philippe Colin, Radoslav Majerik, Christine Tocci, Ines Derumaux

Enchanteur !
9/10
Des acteurs absolument excellents au service d’un beau texte, poétique et vivant. Un spectacle qui donne une folle envie de se (re)plonger dans l’oeuvre de ces deux grands artistes. 
Jean-Tou

Superbe soirée
10/10
Cette soirée en famille avec 4 petits enfants adolescents a été extraordinaire: par le sujet,la qualité du texte,le jeu des acteurs dignes des plus grands..; une soirée inoubliable .Je souhaite que les quatre acteurs, à féliciter tous ensemble, trouvent le public plus large qu’ils méritent. Bravo et surtout Merci.
Henni Leffe

Bravo
10/10
Bravo pour les acteurs et la mise en scène! Un vrai voyage en Russie de fin 19ème siècle!
Otitova

Une très belle pièce!
9/10
On entre dans le monde de ces écrivains avec beaucoup de plaisir et de rêve. Les acteurs sont emportés par leur texte et leurs sentiments. La danse et le chant apportent une note d’émotion très forte. Bravo à ces super acteurs et à la créatrice et metteure en scène. N’hésitez pas! Il faut y aller !
Francescaduhesme

A voir absolument
9/10
Voilà un spectacle intelligent, bien écrit et joué par d’excellents comédiens. Cette pièce ravira tous ceux qui aiment les rencontres improbables entre personnages historiques. Tourgueniev est magnifique, Tchekhov est touchant de sensibilité, Pauline Viardot nous enchante et La Mouette nous inquiète. Bravo à tous.
hB75012

Une Merveille
10/10
Quel beau spectacle qui nous emporté dans un rêve avec des acteurs excellents. Bravo à l’auteure Simone Rist pour l’écriture et la mise en scène. Merci
Lysi Stein

Très belle pièce !
9/10
Belle écriture, bonne mise en scène !
92Dill

Très belle pièce !
9/10
Belle écriture, bonne mise en scène !
Frnacescaduhesme

A voir absolument
9/10
Voilà un spectacle intelligent, bien écrit et joué par d’excellents comédiens. Cette pièce ravira tous ceux qui aiment les rencontres improbables entre personnages historiques. Tourgueniev est magnifique, Tchekhov est touchant de sensibilité, Pauline Viardot nous enchante et La Mouette nous inquiète. Bravo à tous.
PhB75012

On apprend beaucoup de cette pièce
Des comédiens complets, excellents, du jeu et une belle mise en scène. Un moment de culture générale, on apprend beaucoup, on entre dans l’intimité des personnages. À voir
Maféeverte


METTEURE EN SCÈNE ET INTERPRETES

Simone RIST
Auteure et metteure en scène de la pièce :
“Tchekhov et Tourgueniev, une rencontre dans l’au-delà”

Philippe COLIN
Comédien
interpréte Ivan Tourgueniev

Radoslav MAJERIK
Comédien
interpréte Anton Tchekhov

Christine TOCCI
Chanteuse/ Comédienne,
interpréte Pauline Viardot

Inès DERUMAUX
Danseuse,
interpréte La Mouette

 

QUI SONT LES PERSONNAGES ?


IVAN TOURGUENIEV

Ivan Serguievitch Tourgueniev, auteur de merveilleux romans et nouvelles, est né le 28 octobre 1818 à Oral, en Russie. Il meurt à l’âge de 64 ans le août 1883 à Bougival, en France.

Aristocrate, fils de la noblesse terrienne, grand voyageur entre sa Russie natale, l’Angleterre, l’Allemagne et la France, Ivan Tourgueniev aime les rencontres et se lie d’amitié en particulier avec Alexander Herzen, Georges Sand, Mérimée et Gustave Flaubert.

Ses œuvres les plus connues sont « Mémoires d’un chasseur » (1852), « Premier Amour » (1860) et « Père et Fils » (1862). Fasciné par la voix de la cantatrice, Pauline Viardot (1821-1919), il en tombe éperdument amoureux.

Il deviendra l’ami du mari, Paul Viardot, et suivra la famille là où elle s’installera : en Angleterre, en Allemagne, en France. C’est à Bougival, la ville des impressionnistes aux bords de Seine, qu’il a construit dans les dernières années de sa vie, près de la villa Vardot, la « datcha », qui est devenue le Musée Tourgueniev.

À lire aussi : Bicentenaire de la Naissance d’Ivan Tourgueniev


ANTON TCHEKHOV

Anton Pavlovitch Tchekhov, dramaturge et nouvelliste russe célèbre, est né le 17 janvier 1860 à Taganrog en Russie et mourut de tuberculose à l’âge de 44 ans, le 15 juillet 1904 à Badenweiler, en Pauline ViardotAllemagne.

Petit fils d’un serf, pauvre, il a connu toutes les difficultés de la vie. Très tôt il a commencé à écrire et à vendre ses nouvelles aux journaux pour aider et nourrir sa famille.

Ses pièces de théâtre sont jouées dans le monde entier ; les plus connues sont La Mouette (1895), Les Trois Sœurs  (1901) et La Cerisaie (1904).

Admirateur de Tolstoï, grand ami du peintre Isaac Levitan et du journaliste Souverine, il avait la passion du théâtre, mais il était aussi médecin. Sa vie est un exemple de courage, d’obstination et de travail.


PAULINE VIARDOT

Pauline Viardot (1821-1910) est la fille du ténor espagnol Manuel Garcia, et la sœur de la célèbre cantatrice, Maria Malibran. Elle débute à l’opéra à 17ans, dans le rôle de Desdémone de l’Otello de Gioachino Rossini.

Berlioz écrit que sa voix est égale dans tous les registres, juste, vibrante et agile, s’élève du fa grave au contre-ut, soit deux octaves et une quinte, et cette étendue est immense. Elle possède de plus un talent dramatique exceptionnel.

Pour elle, Meyerbeer écrit le rôle de Fidès dans Le Prophète, Berlioz crée une version en français pour mezzo-soprano de l’Orphée de Glück, Gounod compose l’opéra Sapho, Saint-Saëns lui dédit son Samson et Dalila.

Sur les conseils de George Sand, elle avait épousé Louis Viardot, qui deviendra son « manager ». Elle a eu quatre enfants et une vie de famille heureuse.

En 1863, elle renonce à la scène et se consacre à la composition et à l’enseignement du chant à Baden-Baden, en Allemagne puis au Conservatoire National de Paris.

L‘écrivain russe Ivan Tourgueniev, Pauline et Louis Viardot furent des amis inséparables.

Guy de Maupassant écrivait que la liaison amoureuse entre l’écrivain et la cantatrice était
                    “la plus belle histoire d’amour du XIXe siècle”



LA MOUETTE

La MOUETTE, personnage mythique de la célèbre pièce d’Anton Tchekhov.

La Mouette n’est pas un personnage, c’est un oiseau. Dans la pièce, une mouette est tuée par mégarde. Elle devient l’image de la mort pour NINA.

NINA, cette femme qui veut être actrice et plaire à  l’auteur qu’elle aime, et qui ne l’aime pas.

Cette actrice, qui ne sait plus se servir ni de ses mains, ni de ses pieds, ni de sa voix; cette actrice qui voudrait être Mouette et mourir enfin, afin de ne plus souffrir; cette actrice qui aime son auteur plus que tout.La MOUETTE représente toutes les Femmes que Tchekhov a aimées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *